Menu Fermer

Histoire du pauvre qui maintenait les préceptes

(Six Paramitas Sutra)

Autrefois, il y avait un pratiquant qui venait d’une famille très pauvre. Pour subvenir à ses besoins et aider sa famille, il s’engagea sur un bateau de marchands. Un jour le bateau qui se trouvait en pleine mer s’arrêta brusquement. Il n’y avait plus de vent, et même quand l’équipage essayait de ramer, le bateau n’avançait guère.

Tous avaient très peur à l’exception de notre garçon pauvre qui maintenait bien les préceptes et avait un comportement très digne. Au reste, il avait fait le grand vœu de libérer un jour tous les êtres sensibles et de faire en sorte que personne ne fût aussi pauvre que lui.
Sept jours passèrent, et la situation restait la même : le bateau n’avait pas bougé d’un centimètre. Alors le capitaine rêva de l’esprit de la mer qui lui parlait dans son sommeil :

« Il faut abandonner ce garçon pauvre dans l’océan et alors je vous laisserai repartir. »

Comme le jeune homme avait de très bonnes affinités avec tous, le capitaine ne voulut pas l’abandonner. Mais en apprenant ce que lui avait dit l’esprit de la mer, le garçon dit :

« Si mon sacrifice permet de sauver tout le monde, je suis prêt : laissez-moi partir ! »

Alors les autres lui donnèrent une petite barque et un peu de nourriture et le laissèrent s’éloigner dans l’océan.

Dès que la barque eut pris de la distance, le vent se leva et une grande vague apparut. Les gens sur le bateau commencèrent à se féliciter. Mais à ce moment-là, un grand poisson avala le bateau et tua tout le monde.

Quant à notre garçon, il put s’éloigner avec sa petite barque et finalement rejoindre la côte pour retourner chez sa famille.

Cette histoire est complètement incompréhensible pour le lecteur sans certaines explications que nous souhaitons lui fournir :

Ce grand poisson était l’esprit de la mer qui, en réalité, avait très envie de manger le bateau avec tout le monde à bord. Or, la présence de ce garçon pauvre l’empêchait de le faire. En effet, autour d’un pratiquant qui maintenait bien les préceptes il y a toujours beaucoup de dieux protecteurs et l’esprit de la mer n’osait pas l’attaquer. Aussi apparut-il dans les rêves du capitaine pour le persuader de se débarrasser de ce garçon et ainsi lui permettre de manger le bateau avec tout le monde à bord.

Il ne faut jamais sous-estimer un vrai pratiquant qui maintient les préceptes, parce qu’autour de lui il y a beaucoup de dieux protecteurs qui l’encouragent et le protègent. Si on maintient ne fût-ce que les préceptes de base – ne pas tuer, ne pas voler, ne pas entretenir de relations sexuelles inappropriées, ne pas mentir et ne pas boire –, il y aura déjà beaucoup de dieux protecteurs qui nous féliciteront. Et si on pratique en plus la générosité, alors c’est le Bouddha en personne qui nous en félicitera. La raison en est que le Bouddha et les boddhisattvas ont pour but d’aider les gens d’avoir de la compassion envers les autres êtres sensibles.

Finalement, beaucoup plus tard, ce garçon pauvre devint un bouddha que nous connaissons sous le nom du Bouddha Shakyamuni. Ainsi, nous comprenons qu’il ne faut jamais hésiter à pratiquer la générosité et à maintenir la conduite juste.

Partagez notre contenu sur