Menu Fermer

Le roi et le sage Ksanti

(Jataka)

Un sage nommé Ksanti (ce qui signifie « patience ») méditait dans la montagne et excitait par là l’intérêt des esprits et des dieux célestes. Sa seule présence permettait au royaume d’éviter les massacres et les catastrophes. Un jour que le roi venait de chasser dans la forêt, il s’endormit, épuisé. La cour royale qui l’accompagnait se rendit bientôt compte qu’ils étaient près du sage, et voulurent le rencontrer.

Ainsi affluèrent de nombreuses personnes autour de Ksanti, qui profita de cette visite pour leur enseigner la patience et la générosité. A son réveil, le roi, stupéfait de voir que l’ermite attirait autant son épouse et ses sujets, fut piqué de jalousie :

« Eh quoi ! lança-t-il furieux, qui es-tu donc pour que tout le monde s’attroupe autour de toi ?

– Je suis le sage de la patience, répondit l’homme.

– Oh, vraiment ? Laisse-moi vérifier si tu es aussi patient que tu sembles le prétendre. »

Et le roi, ivre de rage, se saisit d’une lame acérée et trancha le bras gauche du sage.

« Dis-le-moi à présent : qui es-tu ?

– Je suis le sage de la patience », répéta Ksanti.

Le roi, ne se maîtrisant plus, mutila de nouveau le sage : il lui coupa le second bras.

« Et maintenant, es-tu en colère après moi ?

– Nullement, ô roi, je n’ai point de colère envers toi. Apprends aussi que, si je deviens un bouddha, tu seras la première personne que je viendrai aider. »

A ces mots, ne se sentant plus de colère, il abattit sa lame ensanglantée sur les deux jambes de Ksanti qui, s’il souffrait terriblement, ne laissa pas cependant la colère franchir les portes de son cœur. En revanche, cet acte d’une telle barbarie inspira le plus grand courroux chez les dieux célestes, qui déclenchèrent un violent orage.

« Les dieux célestes sont fort mécontents de ce que vous avez fait, confia au roi son ministre, et je crois qu’ils sont disposés à vous tuer. »

A ces mots le roi comprit son erreur et se confessa devant le sage.

« Sache, répliqua Ksanti, que par le passé j’avais fort mal agi à ton endroit, et qu’en m’amputant comme tu l’as fait, tu as permis que les conséquences de nos mauvais karmas mutuels soient aujourd’hui achevées.

Plus tard, Ksanti deviendra le Bouddha Sakyamuni, cependant que le roi sera son garde du corps, ainsi qu’un grand arhat et l’un de ses premiers disciples.

Partagez notre contenu sur