Menu Fermer

Comment nettoyer le karma?

Question : Comment peut-on, d’une manière générale, éliminer toutes les graines karmiques liées aux souillures (Souillures liées à l’ego : inconforts causés par les obsessions pour le monde du désir : désirs pour les cinq agrégats,  les cinq plaisirs du désir, le désir de l’état de méditation, le désir d’avoir des pouvoirs surnaturels, le désir de devenir un être céleste.), lorsque nous sommes dans un état d’observation qui n’est pas associé au langage ?

Réponse : Il existe deux types de graines : un type qui est lié aux souillures, l’autre au karma proprement dit. Les graines de karma ne peuvent pas être éliminées pendant que nous observons la conscience mentale. Elles s’éliminent une fois seulement que les fruits karmiques se sont réellement présentés. Précisons, sur ce sujet, qu’un grand bénéfice est offert aux êtres illuminés, puisque le fruit de leur karma peut être très léger alors que leur karma d’origine était très lourd. Imaginons que quelqu’un vous doive une importante somme d’argent. Par la suite, cette même personne a appris comment gagner beaucoup d’argent et s’est mise à enseigner à qui le voulait, comment devenir riche. Supposons que la méthode qu’elle utilise pour s’enrichir est très efficace. Un jour, vous êtes venu trouver cette personne pour qu’elle vous enseigne comment gagner de l’argent. Quelques temps passe. Vous avez gagné beaucoup d’argent grâce à sa méthode. Avez-vous, à ce moment-là, envie que celui qui vous a enseigné sa méthode vous rembourse votre dette ? Peut-être allez-vous simplement lui demander qu’il vous rembourse une somme symbolique. On voit, par cet exemple, que cette personne a remboursé ses dettes grâce à de petites sommes, n’est-ce pas ? De même, si vous avez dans votre vie passée fait du mal à quelqu’un, mais que vous ayez atteint dans cette vie-ci l’illumination, il se trouve que la personne envers qui vous avez une dette karmique viendra, comme par hasard, vous demander d’apprendre le dharma auprès de vous. Supposons qu’elle sache que vous avez une dette envers elle. Eh bien, dans cette vie, elle ne vous demandera jamais d’en rembourser la totalité. Vous avez bien commis un grand péché, mais ce que vous avez à rembourser est léger.

Prenons un autre exemple : un individu X rencontre une personne Y, bouddhiste et très généreuse. S’il ne lui n’offre rien, X se sentira gêné. L’origine de cette gêne vient de ce que, dans une vie passée, X avait une dette envers l’autre personne. Maintenant qu’il l’a rencontrée, il se sent embarrassé sans bien savoir pourquoi. Y ne sait pas non plus ce qui s’est passé dans cette vie antérieure, il l’a oublié également mais, quand ils se voient tous les deux, ça ne passe pas très bien. Pourtant X veut apprendre l’enseignement du Bouddha et est obligé pour cela d’apprendre avec Y dont il est devenu le disciple et avec qui il doit rester poli. Mais, plus tard, quand il aura atteint l’illumination, il la remerciera du fond du cœur et leur relation changera dans cette vie-même. Cet exemple montre également qu’un lourd karma peut être transformé grâce à un remboursement léger (notez cependant que, pour les personnes qui possèdent un karma extrêmement lourd et qui souhaitent apprendre le bouddhisme, cela ne fonctionne pas, du fait que la personne ne se sent pas à l’aise dans ce milieu). Tout ceci veut dire que vous avez éliminé une partie de votre mauvais karma.

Si jamais vous avez tué accidentellement quelqu’un dans une vie passée, le karma de la personne décédée va être enregistré chez la personne, et plus tard il devra être remboursé, quand les conditions nécessaires se présenteront. Supposez que vous avez rencontré dans cette vie cette personne. En principe, vous devrez prochainement mourir accidentellement à cause de l’autre personne. Mais imaginons que dans cette vie vous ayez atteint l’illumination et que l’autre personne, pour étudier le dharma, est devenue votre disciple. Peut-être au début ne vous aimera-t-elle pas trop ; mais votre enseignement du dharma étant le vrai, elle sera obligée d’apprendre avec vous. Plus tard, elle atteindra l’illumination et sera remplie de joie. Le mécontentement de la vie passée disparaîtra. Ainsi votre graine karmique sera-t-elle éliminée à ce moment-là. Mais avant que cela n’arrive, elle pourra vous calomnier, mais pas davantage. Si le même cas de mort accidentelle arrivait chez une autre personne ordinaire, celle-ci devrait rembourser sa dette en donnant sa vie. Dans le monde du dharma comme dans notre monde, les choses fonctionnent de manière similaire : vous êtes obligés de rembourser avec des intérêts. Voici l’explication sur les graines de karma : elles vont disparaître quand les fruits karmiques vont se réaliser.

En revanche, les graines des souillures peuvent être éliminées avec la sagesse, lorsqu’on observe notre mental. Celui qui a un très bon niveau de méditation peut éliminer les graines des souillures à travers l’observation de son mental lorsque celui-ci fonctionne sans être lié au langage. Sa concentration doit être excellente, sans quoi il lui sera presque impossible d’éliminer grâce à la sagesse ses graines des souillures. C’est pourquoi je recommande souvent d’éliminer leurs graines des souillures grâce à l’observation du mental lié au langage, car dans cet état, pendant vos analyses, vous pouvez convaincre manas plus aisément.

Cependant, dans la pratique pour atteindre anutpattika dharma ksanti, le bodhisattva qui veut faire disparaître ses souillures est contraint d’utiliser le langage pour faire ses analyses. Par contre, le fait d’utiliser langage ne dérange pas les bodhisattvas pendant leur méditation. Pour eux ce n’est pas un obstacle sur le chemin de libération. La pratique pour atteindre anutpattika dharma ksanti consiste à éliminer les graines des souillures, parce que ces graines sont toutes des troubles supérieurs causés par l’ignorance du principe sans commencement. Ces troubles supérieurs causés par l’ignorance du principe sans commencement, ce sont des dharmas très fins et délicats. Si l’on ne peut pas les analyser à travers le langage, il est impossible de les éliminer. C’est pourquoi un bodhisattva, à travers la pratique pour atteindre l’état d’anutpattika dharma ksanti, a besoin de s’appuyer sur le langage. Petit à petit, sa difficulté à discerner la véritable nature des innombrables phénomènes du monde s’allège. Cependant, pour pratiquer la méditation avec la sagesse et nettoyer ses souillures, faut-il être dans un état sans langage ? Cela dépend de chacun. Il faut voir aussi de quel genre de souillure il s’agit. Par exemple, les pensées fausses sont des souillures en train de germer. L’incapacité de discerner correctement la véritable nature des innombrables phénomènes du monde, qui est un obstacle à la connaissance (L’ignorance du principe sans commencement au sujet du monde du dharma, qui nous empêche de comprendre la réalité de tathagatagarbha, est un obstacle pour la personne qui souhaite atteindre la sagesse, prajñā) , est une autre forme de souillure. Ce qui se présente alors n’est plus une graine. Aujourd’hui, on ne peut pas vous expliquer tout ceci en détail, on vous expliquera une autre fois.

L’extrait du livre « La douce pluie du nectar dans le dharma »

Partagez notre contenu sur